Shares
  • Facebook
  • Google+
  • LinkedIn
  • Pinterest

Acheter un bien immobilier peut s’avérer parfois très complexe pour les néophytes. Tout peut paraitre en apparence simple, mais quand on commence à rechercher, beaucoup d’informations sont parfois contradictoires et de nombreuses questions vont tout à coup sauter aux yeux : vaut-il mieux acheter dans le neuf ou dans l’ancien ? Acheter avec des travaux ou sans travaux ? Sur plan ou non ?

Voici quelques points importants à analyser, afin de ne pas se tromper.

Le prix du marché

Le bien est-il au prix du marché ? C’est La question à se poser avant de se lancer dans toute visite.
Pour s’en rendre compte, il vous suffira de comparer les offres sur les annonces immobilières. En analysant un assez grand nombre de biens présentant les mêmes caractéristiques (quartier, superficie, maison/appartement) une moyenne de prix/m² va apparaitre et cela vous servira de base.
Vous pouvez également contacter la chambre des notaires, qui regroupent l’ensemble des transactions immobilières, qui pourra affiner votre étude.

L’environnement du bien

Achter un bien immobilier ce n’est pas uniquement acheter des murs et un toit, c’est également acheter l’environnement qui va avec, et ce dernier peut faire gagner ou au contraire perdre de la valeur dans le temps à votre bien.

L’environnement c’est plus ou moins la réputation du quartier : a-t-il bonne réputation ? Est-il bien desservi ? Possède-t-il des commodités ? Va-t-il connaitre prochainement un grand projet de réhabilitation ?

Outre le quartier, il faudra également analyser l’emplacement du bien dans le quartier et notamment l’exposition principale du logement. Une orientation nord est plus sombre que l’orientation sud et par conséquent plus difficile à chauffer.Enfin, qui seront vos futurs voisins ?  N’hésitez pas à frapper aux portes, afin de les rencontrer et voir s’ils seront de bonne ou de mauvaise compagnie !

Quel type de bien ?

Une fois l’étude de marché réalisée et des biens à visiter sélectionnés ; vous pouvez passer aux visites. Mais attention une visite de maison est différente d’une visite d’appartement.
En effet, quand vous achetez une maison, vous achetez également un bien totalement indépendant et en pleine propriété et vous devez vous attacher à regarder certains points : la toiture, la charpente, l’état des murs (pour détecter les traces d’éventuelles fissures), les plafonds et les sols.

Vous devrez également jeter un œil sur l’installation électrique (est-elle aux normes ?) la plomberie, la chaudière ou bien encore les conduits de la cheminée.

Comme votre maison possède un terrain, il faudra également être vigilant sur l’existence de servitude (est-ce qu’une personne possède un droit de passage sur votre terrain ?)

Mais il faudra également mesurer la superficie ! En effet, il n’y a pas d’obligation de fournir une superficie de maison de la part du vendeur, donc méfiez-vous. Investir dans un mètre-laser sera bien utile

Si vous devez visiter un appartement, vous n’aurez pas tous ces points à vérifier, mais  avant de franchir le pas de porte, observez les parties communes et demander au syndic de copropriété si des travaux sont prévus.

Si vous le pouvez, demander conseil à un professionnel du bâtiment qui pourra vous donner des conseils avisés sur la recherche d’éventuels défauts cachés.

Petit conseil : si vous visitez une maison en lotissement ou un appartement, demander le règlement de copropriété et  du lotissement afin de prendre connaissance de règles particulières à respecter.

Le coût de l’acquisition

Le prix de vente ne constitue pas le seul coût d’achat, en effet, il faudra rajouter les frais de notaire, les éventuels frais d’agence si vous êtes passés par un professionnel de l’immobilier, et le coût de la garantie bancaire si vous faites appel à un prêt bancaire.

Les frais d’agence peuvent varier entre les établissements et donc un bien identique présent sur deux agences peut ne pas être affiché au même prix.

Les frais de notaire vont dépendre si vous achetez dans le neuf ou dans l’ancien, dans le neuf ils seront  de l’ordre de 2.5 % contre 7 % en moyenne dans l’ancien. Vous pourrez contacter votre notaire pour qu’il vous fasse un estimatif des frais afin de pouvoir les inclure dans votre crédit.

Pour le crédit, n’hésitez pas à vous rapprocher des courtiers afin d’avoir plusieurs propositions.

Il existe des coûts supplémentaires, mais également des aides financières non négligeables, notamment le prêt à Taux Zéro si vous achetez dans le neuf. Ce prêt varie en fonction des régions et de la composition de votre foyer, ainsi le prêt à taux zéro sera différent si vous achetez seul un appartement neuf à Toulouse ou si vous achetez une maison avec votre compagnon à Lyon.

Les charges et les taxes

Devenir propriétaire, c’est bien, mais c’est aussi devenir redevable des impôts locaux : taxe foncière et la taxe d’habitation.

Le calcul de ces taxes prend en considération l’état réel du bien. Pour une maison, assurez cous que le précédent propriétaire a bien déclaré les améliorations qu’il a réalisées sinon vous prenez le risque de supporter une hausse inattendue des taxes.

Pour le montant de la taxe foncière, un partage sera effectué au prorata avec le vendeur en fonction du temps passé dans le logement. Concernant la taxe d’habitation elle sera dûe par la personne qui occupera le logement au 1 er janvier.

Vous voilà armé pour vous lancer à la recherche du bien de vos rêves, bonne visite !

Article de LV PATRIMOINE CONSEIL du site « https://www.acheter-neuf-toulouse.com« .